Pois chiche (Cicer arietinum)

IMG_5302-001.JPG

Origine et répartition

Le pois chiche (Cicer arietinum L.) appartient à la famille des légumineuses (Fabaceae) et était déjà cultivé 8000 ans av. J.-C. en Iran et en Irak. De là, il s’est répandu plus tard en Inde et en Asie. Aujourd’hui, les pois chiches occupent le troisième rang mondial dans le domaine des légumineuses.

Les principales régions de production se trouvent en Inde, en Australie, au Myanmar, en Éthiopie et en Turquie. Selon la région et la variété, on peut tabler sur un rendement moyen de 1 à 2 t/ha.

Importance pour l’alimentation

En raison de la modification du comportement alimentaire de nombreuses personnes dans les pays industrialisés, la demande de cultures riches en protéines n’a cessé d’augmenter. Grâce à leur teneur élevée en protéines, les pois chiches peuvent être utilisés comme substituts de viande et sont ainsi surtout recherchés par des personnes végétariennes. Étant donné que les pois chiches ne contiennent pas de gluten, ils sont également intéressants pour les personnes souffrant de la maladie cœliaque.

Propriétés et défis lors de la culture

kichererbse_2

Les pois chiches peuvent fixer l’azote présent dans l’air grâce à une symbiose avec des rhizobiums. C’est pourquoi cette culture ne nécessite pas d’apport supplémentaire d’azote. Les pois chiches peuvent même enrichir le sol en azote pour la culture suivante.

En raison du changement climatique, le pois chiche pourrait se révéler utile à l’agriculture européenne grâce à sa résistance au stress hydrique. Cependant, il est peu adapté aux conditions géographiques et climatiques d’Europe centrale, car sensible au gel et il nécessite un climat chaud et ensoleillé. La culture du pois chiche requiert un assolement particulier qui doit prendre en compte la présence d’autres légumineuses. Il est donc recommandé de n’utiliser la même parcelle pour cette culture et des autres légumineuses que tous les 5 à 6 ans. Le respect de la pause culturale permet en outre de lutter contre l’anthracnose (maladie fongique causée par le pathogène Ascochyta). De plus, la culture de pois chiche est notamment sensible au ravageurs que sont le puceron du pois, la tordeuse du pois et le sitone du pois.

Les pois chiches sont peu compétitifs face aux différents adventices et présentent une maturation hétérogène. Le premier aspect nécessite des mesures correspondantes pour favoriser une levée rapide et le second représente un défi pour la détermination de la date de récolte.

Essais sur de petites parcelles

Depuis 2017, des essais liés à différentes questions de recherche ont été réalisés: essais variétaux (avec ou sans inoculation de rhizobiums), essais sur la densité et essais de traitements des semences. L’objectif recherché est d’accumuler de l’ expérience dans le domaine de la culture du pois chiche en Suisse et de procéder à une évaluation de son potentiel de rendement.

Les résultats obtenus jusqu’à présent montrent que la culture s’avère en principe possible en Suisse et que certaines variétés sont mieux adaptées que d’autres.

Kichererbsen

Contacts