Surveillance de la dioxine des graisses et des huiles

Depuis le 1er janvier 2014 selon l'Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux OLALA les graisses et les huiles destinées à l'alimentation animale doivent faire l'objet d'une analyse sur la dioxine. Ces résultats d'analyse spécifiques à chaque charge doivent les accompagner à chaque étape de leur commercialisation et de leur utilisation.

Ce guide pratique se base sur les exigences de l'annexe 11 OLALA


Règles de base

L'étiquetage des graisses/huiles doit mentionner sans équivoque leur but d'utilisation. Celui-ci doit être clairement spécifié comme graisse/huile destinée à l'alimentation animale ou à des fins techniques.

Les graisses/huiles destinées à l'alimentation animale doivent être stockées dans des locaux séparés de ceux réservés à des graisses/huiles destinées à des utilisations techniques.

Principes pour les analyses de dioxine obligatoires

  • Les graisses/huiles brutes directement issues du traitement des produits végétaux (pressage, extraction) ne sont pas considérées comme particulièrement à risque et doivent être analy-sées selon le système HACCP de l'entreprise. L'huile de coco fait exception à cette règle (voir ci-dessous).
  • Les graisses/huiles qui ont été traitées par un procédé de raffinage reconnu ne sont pas considérées comme particulièrement à risque et doivent être analysées selon le système HACCP de l'entreprise.  

Chaque lot (charge) de graisses ou huiles mentionnées ci-après et destiné à l'alimentation animale doit être analysé sur la dioxine par un laboratoire accrédité. Les résultats d'analyse doivent être joints à chaque livraison. Les valeurs maximales pour la dioxine fixées dans l'annexe 10 OLALA doivent être respectées. Un lot correspond à la définition de l'Ordonnance sur les aliments pour animaux1. Il peut se monter au maximum à 1000 tonnes, sauf si défini différemment.


Graisses ou huiles à analyser:

  • huile de coco brute;
  • produits dérivés d'huiles végétales (récupérés par transformation oléochimique ou par trans-formation de biocarburants, par distillation ou par raffinage chimique ou physique), à l'excep-tion de la glycérine, de la lécithine et des gommes;
  • graisses/huiles animales: 1 analyse pour 2000 t (si fabrication en continu);

----------
1 lot: une quantité identifiable d’aliment pour animaux dont il est établi qu’elle présente des caractéristiques communes, telles que l’origine, la variété, le type d’emballage, l’emballeur, l’expéditeur ou l’étiquetage, et, dans le cas d’un processus de production, une quantité de produit fabriquée dans une seule usine en utilisant des paramètres de production uniformes ou plusieurs de ces quantités lorsqu’elles sont produites en ordre continu et entreposées ensemble;

----------

  • huiles de poisson et dérivés d'huile de poisson brute;
  • graisses mélangées, 2 options à choix. L'option choisie doit être communiquée aux autorités
    compétentes:
    • - Analyse de 100 % des lots entrants d'huiles ou de graisses selon indications ci-dessus.De plus, la preuve doit être fournie que le procédé de fabrication ne peut pas entraînerun enrichissement en dioxine;

      ou

    • - Analyse de 100 % des lots de graisse mélangée.

  • Les fabricants d'aliments pour animaux de rente doivent disposer des preuves d'analyse de dioxine obligatoires exigées pour chaque lot de graisse ou d'huile entrant dans la fabrication d'aliments composés pour animaux de rente. Au cas où l'analyse n'aurait pas été faite à une étape précédente, ils sont tenus de la faire effectuer eux-mêmes.
  • Au cas où l'analyse a été effectuée à une étape antérieure, une copie de cette preuve d'analyse suffit.
  • Lorsqu'une entreprise apporte la preuve que toutes les analyses de dioxine obligatoires pour les graisses/huiles qui sont mélangées à un aliment composé ont été effectuées, et que le processus de fabrication ne peut pas augmenter la contamination en dioxine, les graisses/huiles sont à analyser selon les principes HACCP mentionnés à l'article 44 OSALA.
    Si le risque d'augmentation de la contamination par de la dioxine ne peut pas être maîtrisé dans le processus de fabrication des aliments composés, le fabricant est tenu de faire analyser 1 % des lots d'aliments composés incriminés sur la dioxine.
  • Lorsqu'une entreprise du secteur de l'alimentation animale confie un échantillon pour une analyse de dioxine à un laboratoire, elle doit le charger de signaler tout dépassement des valeurs maximales contenues dans l'annexe 10 OLALA aux autorités compétentes. Si le laboratoire se situe dans un pays tiers, elle doit en informer l'OFAG, respectivement le contrôle officiel des aliments pour animaux à Posieux.
  • Stockage et transport: toute trace de graisse, d'huile ou d'autre résidu non conforme à la législation sur les aliments pour animaux doit être éliminée des récipients utilisés pour des graisses et huiles destinées à l'alimentation animale.


Agroscope et OFAG, 11.12.2013, actualisé le 29.6.2020

Dernière modification 03.07.2020

Début de la page