Au centre des recherches d’Agroscope : protéger les cultures agricoles sans pesticide

LT-Pflanzenschutz-ver_long_blog-blanc

Innover pour diminuer le recours aux pesticides

alain_gaume

Alain Gaume - Responsable Protection des végétaux

Pommes de terre, légumes de plein champ ou maïs: le printemps est la saison des semis dans l’agriculture. En choisissant des cultures et des variétés les mieux adaptées aux conditions pédoclimatiques et à la demande du marché, les agriculteurs et agricultrices assument une responsabilité importante. Ces décisions, ainsi que le choix des techniques culturales vont aussi déterminer la façon dont ils protègeront leurs cultures contre les ravageurs, les maladies et les mauvaises herbes. La stratégie de protection des plantes va influencer le rendement, le profit, et l’impact sur l’environnement. 

Dans ce contexte, l’agriculture et la recherche doivent relever des défis importants :

  • De nouveaux organismes nuisibles apparaissent, notamment sous l’effet du changement climatique.
  • Le nombre de produits phytosanitaires autorisés diminue et les solutions alternatives manquent souvent.
  • La population suisse exige avec de plus en plus d’insistance des aliments et de l’eau potable sans résidus de pesticides ainsi qu’un environnement préservé. En effet, deux initiatives populaires qui visent à limiter, voire interdire l’usage des pesticides sont en discussion.

L’année dernière, le Conseil fédéral a répondu à cette nécessité en adoptant le plan d’action visant à la réduction des risques et à l’utilisation durable des produits phytosanitaires. Dans ce contexte, Agroscope et tous ses partenaires de recherche nationaux et internationaux doivent continuer à innover en développant de nouvelles solutions durables et efficaces pour prévenir et contrôler les organismes nuisibles.  Ce n’est aujourd’hui plus une recommandation mais une urgence.

Concrètement, plus de 40 projets d’Agroscope sont consacrés à la protection durable des cultures et contribuent au développement de la production intégrée. Vous pouvez en apprendre plus en cliquant sur les étages de la pyramide de la production intégrée. 

Evolution de la production intégrée

Cliquer sur les étages pour découvrir nos projets

PSM-2019_FR_830x270pxPréventionAides à la décisionLutte non chimiqueLutte chimique

En production intégrée, priorité est donnée à la prévention, qui comprend notamment la sélection de variétés résistantes et le développement de techniques culturales favorables à la santé des plantes. En parallèle, il est aussi indispensable de surveiller la présence d’organismes nuisibles, prévoir leur développement et évaluer la pertinence d’une intervention. En dernier lieu, s’il s’agit d’intervenir, les méthodes présentant le moins de risque pour l’environnement sont à privilégier. C’est seulement lorsque toutes les autres mesures ont échoué et que les rendements ou la qualité des récoltes sont compromis que l’agriculteur peut recourir aux produits phytosanitaires chimique de synthèse.

Souhaitez-vous réagir ?

Contribution précédente

eva-reinhard-small-100

Au centre des recherches d’Agroscope : protéger les cultures agricoles sans utiliser de pesticides - 26.02.2019

Cultiver des céréales, des fruits, des légumes nécessite des mesures de protection phytosanitaires afin de préserver la quantité et la qualité des produits. Agroscope lance une campagne d'information sur cette thématique d’actualité. Eva Reinhard, responsable d'Agroscope, explique ce que la recherche fait et peut encore faire.