Service spécialisé FIL / Codex

Fachstelle-IDF-Codex

Plus de 50 expert-e-s suisses contribuent aux travaux de la Fédération internationale de laiterie FIL (International Dairy Federation IDF). Sur mandat de la branche, Agroscope gère le «Service spécialisé FIL / Codex». En collaboration avec la Commission suisse du lait (CSL), ce dernier assure à la fois la représentation et la défense des intérêts de même que le flux d’informations entre la FIL, les expert-e-s ainsi que la filière suisse du lait et du fromage. Voici quelques thèmes d’actualité.

Nouveautés de l'automne 2021

L’IDF Community s’est réunie physiquement pour la première fois depuis l’apparition de la pandémie : Du 10 au 12 septembre 2021, l’assemblée générale de la FIL, des réunions des commissions permanentes, de groupes de travail et d’autres comités ont été organisées sous forme hybride sur place à Copenhague et de manière virtuelle. «A changing climate for dairy» – Un climat changeant pour le lait et les produits laitiers, tel a été le titre de l’IDF Global Dairy Conference qui a suivi du 13 au 15 octobre 2021. 180 personnes se sont retrouvées sur place et 215 y ont participé virtuellement. Une alimentation saine et durable a été le thème principal abordé à cette occasion.



La filière agro-alimentaire danoise s’engage à réduire ses gaz à effet de serre de 55 % à 65 %

Le ministre danois de l’agriculture Rasmus Prehn et la commissaire européenne à la santé Stella Kyriakides ont expliqué les défis à relever pour le secteur par rapport à la durabilité, en particulier face au changement climatique. L’agriculture et la filière alimentaire danoises ont conclu un accord avec le gouvernement avec pour objectif de réduire de 55 % à 65 % les émissions importantes pour le climat d’ici à 2030. La recherche et les innovations pour y arriver seront soutenues. Le ministre de l’agriculture a mentionné la diminution des émissions de méthane issues des vaches et la réduction du gaspillage alimentaire, 280 000 t/an, avant que les produits n’arrivent chez le consommateur. Arla Foods, en tant que principal groupe laitier organisé en coopérative, joue un rôle clé dans le secteur laitier danois. Son CEO Peder Tuborgh a expliqué que presque chaque membre d’Arla connaît l’empreinte CO2e de son exploitation agricole, 1,12 kg CO2e /kg de lait en moyenne. Cinq points de départ dans les exploitations sont: l'efficacité de l'alimentation, la gestion des engrais, la réduction de l'excès de protéines dans l'alimentation, la gestion de l'utilisation des parcelles et des vaches en bonne santé. L'utilisation de tous les flux secondaires, y compris leurs micro-nutriments, dans les laiteries et les fromageries pour l'alimentation humaine, représente un point clé de la durabilité. Nous fournirons des détails à ce sujet lors de la Journée du lait de Liebefeld de début mars 2022.

IDF Global Dairy Conference 2021
Be part of pathways to dairy net zero

Contact


Un chercheur suisse a mis au point un modèle permettant de quantifier les effets de l'alimentation sur la santé et l'environnement et qui a été lu par près d'un milliard de personnes

Lors de l’IDF Global Dairy Conference, le chercheur suisse Olivier Jolliet a présenté son modèle combiné d'évaluation de l'impact sur la santé de groupes d’aliments ainsi que son impact environnemental, développé avec son équipe de l'Université du Michigan aux États-Unis. 17 déterminants de la santé combinés basés sur des études épidémiologiques et 18 indicateurs environnementaux sont inclus dans l'évaluation. Par exemple, on calcule qu'une consommation excessive de 1 g de sel de table entraîne une perte de 3 min., et qu'une consommation trop faible de 1 g de fruits à coque et de graines entraîne un gain de 0,8 min. de vie saine. Dans le modèle, le lait et les produits laitiers dans leur ensemble ont un effet neutre sur la santé; ce que l'on gagne grâce au calcium est à nouveau neutralisé par le sel contenu dans le fromage. Le yaourt a montré un gain de 0 à 7 min par portion selon le produit. En termes d'émissions de gaz à effet de serre par portion, le lait et les produits laitiers se situent à un niveau comparativement bon et bas, au milieu sur la figure et à 0,5 kg CO2e/portion. Cependant, des efforts importants de réduction sont indispensables à la survie de la branche. Si l'on remplaçait 10 % d'un régime alimentaire américain défavorable par des fruits, des légumes, des noix, des légumineuses et des fruits de mer sélectionnés, on pourrait gagner 48 minutes de vie saine par jour et économiser 33 % des émissions de gaz à effet de serre dues à ce régime.

Publication: Small targeted dietary changes can yield substantial gains for human health and the environment (Nature Food, PDF)

Website: The Conversation

Contact