Les chercheuses et les chercheurs d’Agroscope utilisent de nouvelles méthodes de sélection

TeGenesis Züchtungsmethode

TEgenesis® est une nouvelle méthode de sélection qui permet par exemple d’accélérer l’adaptation des plantes au changement climatique. Ce procédé permettrait donc de trouver plus rapidement des réponses aux défis de l’agriculture et de l’agroalimentaire par rapport aux méthodes de sélection classique.

Tout récemment, deux chercheuses ont reçu le prix Nobel de chimie pour leur découverte de la méthode de ciseaux moléculaires CRISPR-Cas9. Cette distinction montre l’importance des nouvelles méthodes de sélection pour la société. Chez Agroscope, le groupe de recherche Dynamique du génome des plantes, dirigé par Etienne Bucher, effectue des recherches en laboratoire avec TEgenesis®, une nouvelle méthode de sélection à fort potentiel, dans le cadre du projet européen «BUNGEE» de l’ERC. Cette méthode a été développée et brevetée à l’Université de Bâle.

Que se passe-t-il avec TEgenesis®?

À l’aide de deux molécules, TEgenesis® active temporairement un mécanisme d’adaptation naturel de la plante. Le procédé mobilise des transposons présents dans la plante. Ce sont des éléments génétiques mobiles qui peuvent réagir à un stress externe. Cela permet aux plantes de s’adapter rapidement à la chaleur ou à la sécheresse, par exemple. TEgenesis® accélère ainsi un mécanisme d’adaptation aléatoire, propre à la plante. Il est possible de vérifier rapidement et avec précision si ce processus aboutit au résultat souhaité.

Chez Agroscope, il n'est actuellement pas autorisé d’effectuer des recherches en plein champ avec cette méthode. Les offices fédéraux et les commissions compétentes (CFSB, CENH) parviennent à des conclusions différentes dans les études qu’ils ont menées pour savoir si le procédé de mutagenèse « TEgenesis » relève de la législation agricole ou de la législation sur le génie génétique. Le Conseil fédéral ne s’est pas encore penché sur la question. Les arguments d’Agroscope à ce sujet sont présentés dans le document « Prise de position d’Agroscope » (voir colonne de droite).

De nouvelles méthodes de sélection pour aller droit au but

Dans le monde, l’agriculture et l’agroalimentaire sont confrontées à d’énormes défis: le changement climatique, la sécheresse, la chaleur, la croissance démographique accompagnée d’une augmentation des besoins alimentaires, la réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires, l’utilisation durable des sols, de l’eau et des éléments nutritifs. On se repose beaucoup sur la sélection pour trouver à temps des réponses à ces nombreux défis. Par conséquent, il est d’autant plus important de poursuivre le développement des méthodes de sélection. Car une sélection réussie prend du temps: pour le blé, il faut compter 12 à 15 ans depuis le croisement jusqu’à l’obtention d’une nouvelle variété sur le terrain. Développer des variétés productives, résistantes et durables et les rendre rapidement accessibles à l’agriculture, telle est la mission centrale de la sélection végétale. C’est pourquoi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) recommande elle aussi explicitement de recourir à de telles méthodes de sélection par mutation pour améliorer la situation alimentaire mondiale.
 

Dernière modification 27.01.2022

Début de la page