Le rôle des sources d’alimentation alternatives dans la biosécurité des auxiliaires

Alternative Nahrungsquellen

Plusieurs auxiliaires prédateurs sont en mesure de chercher de nouvelles sources d’alimentation lorsqu’ils manquent de proies. S’ils parviennent à assurer leur développement et leur reproduction par ce biais, ils en retirent un avantage concurrentiel par rapport aux autres espèces. Les espèces exotiques, importées ou disséminées, peuvent ainsi évincer les espèces indigènes.

La coccinelle asiatique (Harmonia axyridis) a été introduite en Europe pour lutter contre les ravageurs et s'est rapidement propagée. Entretemps, elle est devenue l'espèce de coccinelle la plus fréquente en Suisse et une concurrente majeure pour les espèces de coccinelles indigènes, mais aussi pour les autres auxiliaires (les chrysopes p. ex.).

Nous étudions si les différentes sources d'alimentation animales et/ou végétales, telles qu'on peut les trouver par exemple dans les surfaces de compensation écologique, peuvent offrir aux larves et aux individus adultes de la coccinelle asiatique un avantage leur permettant de concurrencer les espèces indigènes. La coccinelle asiatique nous sert d'organisme modèle pour étudier les facteurs qui pourraient également jouer un rôle dans l'évaluation de la biosécurité d'autres auxiliaires polyphages comme les punaises prédatrices.

 

Contact

Soutien financier

Commission fédérale d’experts sur la sécurité biologique

Informations complémentaires

18-16-19-08-02

Régulation naturelle des ravageurs dans les cultures pérennes

Les haies, les bosquets et les bandes fleuries abritent souvent une plus grande diversité d’espèces que les surfaces cultivées. A l’aide de simulations, Agroscope étudie comment concevoir le paysage rural pour pouvoir limiter les ravageurs. Ainsi, Agroscope encourage la qualité des paysages, une biodiversité élevée et donc la production compétitive de produits d’origine végétale de qualité.