Conservation et exploitation de la diversité des espèces et des habitats du paysage rural

sff-csr_16-

La protection et l’utilisation de la biodiversité est l’un des plus grands défis du futur. L’agriculture a un grand rôle à jouer, car l’agriculture productrice et la biodiversité sont étroitement liées. En effet, l’agriculture dépend de systèmes agroécologiques intacts et fournit à ceux-ci, en plus de ses prestations en matière de production, des prestations d’entretien. Des systèmes agroécologiques intacts fournissent pour leur part des prestations écosystémiques importantes et contribuent à préserver la diversité des espèces et des habitats du paysage rural. Dans la réalité, on constate toutefois que la fourniture de ces prestations ne va pas sans une production intensive et l’abandon de surfaces à rendement marginal.

Afin de fournir des éléments permettant d’établir des stratégies pour préserver la diversité des espèces et des habitats selon les objectifs de la Confédération, il faut procéder à un monitoring de la biodiversité dans le paysage agricole et évaluer les mesures de préservation au niveau de la parcelle, de l’exploitation et du paysage. A partir de là, des approches pour améliorer l’efficience de la compensation écologique en tenant compte du changement climatique doivent être trouvées. Parallèlement, il faut élaborer des stratégies pour optimiser les prestations écosystémiques comme la pollinisation et la promotion des organismes utiles, dans le but plus large de soutenir la production agricole.

Objectifs scientifiques et questions de recherche

Ce CSR poursuit trois objectifs:

  1. Monitoring de la biodiversité des paysages agricoles et évaluation des mesures visant à les préserver à l’échelle de la parcelle, de l’exploitation et du paysage.
  2. Développement de stratégies visant à promouvoir les organismes utiles (p. ex. pollinisateurs, antagonistes, détritivores), les peuplements et les systèmes culturaux riches en espèces, qui fournissent des prestations écosystémiques.
  3. Amélioration de l’efficience de la compensation écologique et des mesures d’exploitation à l’échelle des parcelles et de l’exploitation dans le but de réaliser les objectifs environnementaux pour l’agriculture et de soutenir la stratégie fédérale en faveur de la biodiversité en tenant compte du changement climatique.

Les questions de recherche suivantes en découlent:

Monitoring de la biodiversité

  1. Comment concevoir un système de monitoring rentable et efficace permettant d’apporter une forte valeur ajoutée pour les autorités et l’agriculture (bases de décision)?
  2. Quels indicateurs peut-on tirer des données actuellement recueillies? Comment créer des synergies entre le programme ALL-EMA, le MBD, la statistique de la superficie, le monitoring des oiseaux nicheurs en Suisse, la base de données SIPA?
  3. Par quels indicateurs de biodiversité (groupes faunistiques supplémentaires) peut-on compléter le monitoring agro-environnemental existant?
  4. Avec quelles nouvelles techniques de mesure (télédétection, relevés automatisés, méthodes de laboratoire comme la métagénomique) le rapport coûts-utilité du programme ALL-EMA peut-il être amélioré?
  5. Comment mieux représenter la biodiversité comme catégorie d’impact dans les analyses de cycle de vie?

Promotion des organismes utiles et des prestations écosystémiques

  1. Comment concevoir les bandes fleuries dans les grandes cultures de manière à promouvoir les pollinisateurs et les prédateurs de manière ciblée ? Les bandes fleuries et les autres SDA ont-elles un effet sur le rendement des plantes cultivées?
  2. La pollinisation des plantes cultivées qui dépendent des insectes pollinisateurs est-elle assurée?
  3. Quelles sont les exigences des pollinisateurs et des organismes utiles en termes d’aménagement du paysage agricole pour pouvoir fournir leurs prestations écosystémiques dans les cultures agricoles?
  4. Quelles prestations écosystémiques les SDA et les surfaces à rendement marginal fournissent-elles?
  5. Comment renforcer les prestations écosystémiques à l’aide de nouvelles cultures et de nouveaux systèmes culturaux (p. ex. légumineuses à grains, systèmes agroforestiers)?
  6. Quelles possibilités et quels risques les nouvelles technologies (p. ex. biotechnologie) ou l’emploi de macroorganismes dans la protection phytosanitaire offrent-ils pour les prestations écosystémiques et notamment pour la biodiversité?

Amélioration de la compensation écologique

  1. Comment poursuivre le développement de la compensation écologique et comment valoriser les herbages de manière ciblée de façon à préserver et à promouvoir un pourcentage plus élevé d’espèces cibles et emblématiques?
  2. Quelle est l’importance des plantes nuisibles (p. ex. néophytes envahissantes, plantes toxiques) dans les herbages et les surfaces de promotion de la biodiversité?
  3. Comment préserver la biodiversité des herbages en région de montagne et quelles sont les conséquences des nouvelles méthodes d’exploitation (irrigation, préparation de l’ensilage, souffleurs, etc.) ainsi que du changement climatique?
  4. Comme répartir dans l’espace les SDA, les grandes cultures et les herbages d’intensités diverses pour promouvoir au mieux la diversité des espèces et des habitats?
  5.  Comment combiner les préférences alimentaires et les besoins d’activité physique des différents animaux de pâturage pour préserver la diversité des espèces et des habitats tout en conservant une production agricole rentable?