Identifier les potentiels pour améliorer la compétitivité à l’échelle de l’exploitation

sff-csr_13-

Par rapport à celle des autres pays, l’agriculture suisse se caractérise par de petites structures. Mises à part quelques grandes exploitations, elle présente un fort pourcentage de petits domaines. Les structures actuelles et les conditions de production locales sont caractérisées par une faible productivité du travail et par des coûts de structure élevés. Par conséquent, elles constituent un facteur qui freine l’amélioration de la compétitivité. Compte tenu des conditions-cadre sociétales, économiques et politiques en constante évolution, des questions de fond se posent : quelles sont les stratégies de développement structurel et des exploitations qui sont prometteuses et qui - par la mise en place d’innovations dans les domaines de la technique de production et de l’organisation - permettent à moyen et à long terme aux exploitations d’être durablement compétitives également sur les marchés (plus) ouverts.

Pour élaborer de telles stratégies, le développement structurel actuel et les structures existantes de même que les éventuelles dépendances de trajectoire  doivent être analysées et les facteurs d’influence importants des points de vue économique, structurel et social déterminés. Le Dépouillement centralisé des données comptables est une base essentielle à cet effet. En collaboration avec des groupes de recherche d’Agroscope, les coûts et profits des innovations, telles que l’utilisation des techniques d’information et de communication ou des mesures destinées à augmenter l’efficience des ressources à l’échelle de l’exploitation et de la branche de production sont analysés. Sur la base des connaissances relatives au développement structurel et aux facteurs d’influence importants, des axes stratégiques et des mesures concrètes d’amélioration de la compétitivité des exploitations agricoles doivent être mises en évidence.

Objectifs scientifiques et questions de recherche

Le relevé des revenus (notamment du revenu agricole) à l’aide d’échantillons aléatoires a lieu chaque année. Le système d’enregistrement ayant été réformé, l’heure est à la consolidation qui ne va pas sans une documentation complète.

Les données comptables du dépouillement centralisé sont notamment utilisées pour analyser les questions de recherche suivantes par rapport à une augmentation de la compétitivité:

  1. Quelles sont les stratégies d’exploitation prometteuses compte tenu des futures conditions-cadre – comme les marchés (plus) ouverts? Quelle est l’ampleur des économies de coûts ou des augmentations de rendement potentielles, si les exploitations ou les branches de production se développent et/ou se diversifient ou encore se spécialisent?
  2. Quels sont les principaux facteurs qui influent sur la structure et l’orientation de l’exploitation (taille, type d’exploitation, technique de production, activité extra-agricole), la résilience (notamment stabilité financière au fil des ans en cas d’augmentation de la volatilité des prix) et la rentabilité (coûts et prestations)? Quelles sont les économies d’échelle dans les principales branches de production (lait, engraissement bovin et porcin, grandes cultures)?

En collaboration étroite avec les groupes de recherche d’Agroscope orientés sur la production et l’environnement, il s’agit de traiter les questions suivantes:

  • Quels sont, à l’échelle de l’exploitation, de la branche de production ou du procédé, les coûts et les avantages des innovations comme l’utilisation des techniques d’information et de communication (ICT, precision agriculture ou smart farming), les mesures visant à augmenter l’efficience des ressources (p. ex. utilisation d’engrais azotés et de produits phytosanitaires, emploi d’innovations techniques), les règlements supplémentaires pour la protection de l’environnement (p. ex. promotion de la biodiversité grâce aux bandes fleuries dans les cultures) ou une amélioration du bien-être animal?