Maladie des mille chancres du noyer

Le champignon Geosmithia morbida et son vecteur Pityophthorus juglandis

 

Thousand Cankers Desease
Grande photo: branche écorcée d’un noyer noir (Juglans nigra) fortement atteinte. (Photo: Ned Tisserat, Colorado State University, bugwood.org)
Petite photo: scolyte des pousses du noyer (Pityophthorus juglandis). (Photo: Steven Valley, Oregon Department of Agriculture, bugwood.org)

La maladie des mille chancres est une maladie des noyers causée par un champignon (Geosmithia morbida) et son vecteur, le scolyte des pousses du noyer (Pityophthorus juglandis). Le champignon se propage dans et autour de galeries creusées par le scolyte et endommage le tissu. Chez les espèces sensibles, une infestation sévère peut entraîner la mort de l’arbre. Le champignon et le scolyte des pousses du noyer sont considérés comme des organismes de quarantaine. Tout cas suspect doit être annoncé sans délai au service compétent.

La maladie des mille chancres est une maladie affectant les noyers (Juglans spp.) et les ptérocaryers (Pterocarya spp.). Elle est causée par le champignon Geosmithia morbida et son vecteur, le scolyte des pousses du noyer (Pityophthorus juglandis). Le coléoptère et le champignon sont originaires du sud-ouest du continent nord-américain. De là, ils se sont propagés dans l’ouest des États-Unis ainsi que dans quelques états de l’est. En 2013, la maladie est signalée pour la première en Europe, au nord-est de l’Italie. De manière naturelle, le scolyte des pousses du noyer ne se déplace que de quelques kilomètres par année. Cependant, aussi bien le champignon que le coléoptère peuvent se propager facilement par l’intermédiaire d’écorces contaminées, de bois de grumes, de déchets de bois ou de plantes.

Les espèces de noyers ne sont pas toutes aussi vulnérables à la maladie. Alors que les espèces de l’aire de distribution naturelle ne subissent presque aucun dommage, le noyer noir (Juglans nigra) succombe rapidement. Le noyer commun (Juglans regia) est également assez sensible à la maladie, mais il en meurt rarement.

Les scolytes adultes mesurent 1,5–1,9 mm et sont de couleur brun jaunâtre. Ils se multiplient sous l’écorce et forent de courtes galeries dans le tissu vasculaire (phloème). En Italie, les coléoptères sont actifs entre mai et octobre et hivernent sous l’écorce, sous forme de larves à maturité, de pupes ou encore de jeunes coléoptères adultes.

Le champignon se propage en même temps que le coléoptère: les spores du champignon adhèrent au scolyte et s’en détachent lorsque ce dernier pénètre dans l’écorce ou le bois des noyers. Le champignon se propage ensuite au tissu environnant et entraîne son dépérissement. Lorsque l’on ôte l’écorce, on constate que le bois entourant les galeries est humide et de couleur sombre, ce sont des chancres. Dans les cas graves, de très nombreux chancres se forment (d’où le nom de «maladie des mille chancres»), avant de fusionner. Sur les arbres infestés, on observe d’abord un flétrissement et un jaunissement du feuillage. Puis des rameaux et des branches entières dépérissent.

G. morbida et le scolyte des pousses du noyer sont considérés comme des organismes de quarantaine en Suisse et dans l’Union européenne. L’importation de bois de noyer et de ptérocaryer est réglementée par l’ordonnance sur la protection des végétaux (OPV RS 916.20). Pour surveiller la situation en Suisse, on recourt en outre à des pièges à phéromones. À ce jour, aucun cas n’a été détecté.

Contacts

Service phytosanitaires cantonaux

Publication

Informations complémentaires