Légionnaire d’automne

Spodoptera frugiperda


Herbstheerwurm
Grande photo: chenille de la légionnaire d’automne sur un épi de maïs
Photo: John C. French Sr., Retired, Universities: Auburn, GA, Clemson and U of MO, Bugwood.org
Petite photo: papillon adulte de la légionnaire d’automne
Photo: Robert J. Bauernfeind, Kansas State University, Bugwood.org

La légionnaire d’automne est originaire des régions tropicales et subtropicales d’Amérique du Nord et du Sud, où elle est un important ravageur du maïs. Depuis 2016, l’espèce s’est étendue à l’Afrique. Elle y entraîne également des pertes de récolte considérables. Tout porte à croire que le ravageur pourrait se propager en Europe. Il pourrait également causer des dommages en Suisse durant la période de culture et pourrait hiverner dans les serres et entrepôts abrités du gel. En raison de son fort potentiel de nuisance, la légionnaire d’automne est considérée comme un organisme de quarantaine en Suisse et en Europe. 

La légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) est un lépidoptère de la famille des noctuelles (Noctuidae). La gamme de plantes-hôtes comprend plus de 80 espèces, dont la plus importante est le maïs. L’espèce est originaire des régions tropicales et subtropicales d’Amérique du Nord et du Sud, où elle est l’un des principaux ravageurs du maïs. La légionnaire d’automne ne peut survivre à l’hiver que dans les régions chaudes, mais grâce à ses exceptionnelles capacités de vol elle se dissémine chaque année sur tout le continent américain. Depuis 2016, l’espèce est également présente en Afrique subsaharienne. En raison de son important potentiel d’expansion, la légionnaire d’automne pourrait s’implanter dans le bassin méditerranéen et provoquer également des dommages en Suisse. Les serres et entrepôts abrités du gel pourraient en outre lui offrir des lieux de repli adéquats en hiver.

Le développement de la légionnaire d’automne, du stade d’œuf au papillon adulte, dure entre 30 et 90 jours selon la température. Les pontes qui comptent entre 100 et 300 œufs sont déposées sur la face inférieure des feuilles des plantes-hôtes. Les larves fraîchement écloses ne mesurent que 1.7 mm de long et atteindront à la fin de leur croissance 3.5 à 4 cm. Elles se nourrissent des feuilles, des tiges, des organes reproducteurs et, dans le cas du maïs, également des épis. Les stades larvaires plus âgés s’enfouissent souvent dans les tissus des tiges et des épis, ce qui complique la lutte contre le ravageur.

La légionnaire d’automne pourrait parvenir en Suisse de deux manières: elle pourrait se propager de manière naturelle (vol) ou être introduite par le biais de marchandises contaminées. Afin de prévenir ce risque, l’Union européenne et la Suisse considèrent la légionnaire d’automne comme un organisme de quarantaine. L’espèce figure à ce titre dans l’ordonnance sur la protection des végétaux (OPV, RS 916.20). Selon les prescriptions de l’ordonnance de l’OFAG sur les mesures phytosanitaires pour l’agriculture et l’horticulture productrice (OMP-OFAG, RS 916.202.1):

  • Tout cas suspect doit être annoncé sans délai au service phytosanitaire cantonal.
  • L’importation de fruits de plantes-hôtes, ainsi que de plantes, semences et grains de maïs en provenance d’Afrique ou d’Amérique du Nord et du Sud, est soumise à des exigences particulières.
  • Les états membres de l’Union européenne et la Suisse doivent procéder à des enquêtes annuelles visant à détecter la présence de la légionnaire d’automne.
  • Si une infestation devait être détectée en Suisse, des mesures d’éradication devront être prises.

Contact

Service phytosanitaires cantonaux

Publications

Informations complémentaires