Échantillonnage complété par des paramètres de comparaison

Pour garantir la comparabilité de ses échantillons de sol, depuis 2003, le NABO relève à chaque prélèvement la densité apparente, la (proportion) de terre fine et la teneur en eau. Ces paramètres physiques complémentaires aident à identifier des conditions exceptionnelles et à prévenir des erreurs systématiques. L’état du sol lors de l’échantillonnage influence les propriétés/la qualité de l’échantillon : le sol est un corps dynamique, qui se gonfle ou se contracte en fonction de la teneur en eau. L’influence de l’humidité du sol sur l’échantillon est illustrée à l’aide d’un exemple réel dans la figure ci-dessous.

Pour déterminer la teneur en eau, les échantillons des 20 premiers cm de sol sont prélevés à deux moments différents, la première fois à l’état sec, la seconde à l’état humide. Lorsque la teneur en eau augmente, le sol se gonfle, et l’épaisseur de chaque horizon pédologique augmente. Ce qui signifie que pour une plage de profondeur fixe de 0 à 20 cm, la proportion des différents horizons contenus dans l’échantillon varie en fonction de la teneur en eau. Ainsi, pour les paramètres présentant un gradient de profondeur marqué, comme le carbone organique ou le plomb, les teneurs mesurées changent en fonction de l’humidité du sol.

PhysParameter_06
Illustration : Effets de la variation de la teneur en eau sur la composition d’échantillons prélevés à une profondeur de 0 à 20 cm et sur leur teneur en plomb (Pb) et en carbone organique (Corg). Situation pour un sol à l’état sec (à gauche, en rouge) et à l’état humide (à droite, en bleu) sur un même site.

Publications

Contacts