Localisation de zones compactées

Depuis 2015, l’Observatoire national des sols NABO étudie le compactage du sol sur certains sites, A cette fin, la résistance à la pénétration est mesurée jusqu’à une profondeur maximale de 100 cm avec un pénétromètre (sonde PANDA). En même temps, la teneur en eau et la densité apparente sont également déterminées dans des échantillons de sol prélevés dans différentes couches ; ces informations, combinées avec une description pédologique des carottes, fournissent un bon aperçu des dégâts de compaction des sols (illustration). Il est prévu de déterminer le degré de compaction à partir du volume des pores grossiers, de la perméabilité à l’air, de la diffusion gazeuse et de l’analyse du retrait dans des échantillons prélevés au cylindre.

La circulation des machines et le travail du sol exercent des contraintes physiques sur le sol et compactent sa structure qui est fragile. Des agrégats sont détruits, ce qui porte aussi atteinte au système poral. Son volume diminue et sa continuité est perturbée, limitant ainsi l’aération du sol et sa capacité d’infiltration et de rétention d’eau. Il en résulte une baisse de l’activité biologique dans le sol. Les atteintes physiques sont particulièrement graves lorsqu’elles touchent la zone sous la semelle de labour. Les compactions de la couche sous-jacente du sol affectent à long terme la fonctionnalité de l’écosystème. Ni les processus naturels ni les mesures techniques ne permettent de corriger dans un délai acceptable ce type d’atteintes.

PhysParameter_03
PhysParameter_04
Illustration : Description du profil à partir d’une carotte provenant de deux sites de grandes cultures du réseau de mesure NABO. Présentation de la résistance mesurée à la pénétration (n=20), de la densité apparente, et de la teneur en eau gravimétrique déterminée par couches de 5 cm de sol sur des échantillons provenant de quatre carottes. Les horizons délimités par les traits rouges sont considérés comme compactés.