Projet PestiRed: réduire les pesticides dans les grandes cultures dans une approche agroécologique

coccinelle-pucerons
Les mesures de PestiRed visent notamment à favoriser la lutte biologique (ici une larve de coccinelle prédatrice de pucerons).

Le projet PestiRed vise à réduire de 75% l’utilisation de produits phytosanitaires dans les grandes cultures en Suisse, en limitant à 10% la perte du rendement économique. Plus de 70 exploitations participent à ce projet innovant et ambitieux, initié par Agroscope et IP-Suisse.

PestiRed met en oeuvre plus de 20 mesures préventives et alternatives à la lutte chimique. Les différentes approches, leurs combinaisons et leurs interactions, sont étudiées dans un contexte de rotation de grandes cultures d’une durée de 6 ans (figure 1).

pestired-figureCultures associéesUtiliser, protéger et améliorer les solsAntagoniste naturel
Figure 1 : Concept de mise en œuvre de PestiRed (2019-2027). Parmi le catalogue des mesures proposées, cinq sont obligatoires tout au long du projet : semis optimisé, variétés peu sensibles, utilisation adaptée de l’azote, seuils d’intervention et systèmes de prévision, techniques de réduction de la dérive. Par ailleurs, 19 autres mesures sont à choix parmi lesquelles 10 à 13 doivent être appliquées, adaptées selon la culture et décidées en concertation par les agriculteurs, conseillers et scientifiques. Les résultats issus des combinaisons de mesures permettront de fournir des recommandations à la pratique

Parmi les mesures appliquées, citons les cultures associées*, le choix de variétés peu sensibles aux maladies, le désherbage mécanique, les techniques de push-pull* ou encore le recours aux nouvelles technologies de précision (semis et sarclages pilotés par GPS). Le projet, d’une durée totale de huit ans (2019-2027), se déroule avec la participation active de 70 exploitations de grandes cultures, réparties dans trois cantons (Genève, Vaud, Soleure). Des essais complémentaires sont conduits sur les domaines expérimentaux d’Agroscope à Changins, Oensingen et Reckenholz.

pestired-piege
Piège attractif à insectes dans une culture de colza. Ce piège permet de suivre l’arrivée des ravageurs dans le colza (au printemps: charançons et méligèthes) et de voir l’intensité de leur vol, ce qui permet aux agriculteurs de savoir à quel moment réaliser les contrôles sur les plantes (seuils d’intervention). Dans le cadre de PestiRed, il permet également de voir quels auxiliaires sont présents dans la parcelle.

Interactions entre agriculteurs, conseillers et chercheurs

PestiRed fonctionne selon un processus participatif et de co-innovation : les connaissances et les expériences passent de la pratique à la recherche et vice versa. Agriculteurs, conseillers et chercheurs développent et optimisent ensemble les mesures et les stratégies de protection des plantes. Ils n’utilisent la lutte chimique qu’en dernier recours, selon les principes éprouvés de la production intégrée (PI), qui sont ainsi poussés plus loin. Les agriculteurs appliquent ces mesures sur des parcelles dites innovantes, et comparent l’effet obtenu avec celui d’une parcelle témoin de l’exploitation, cultivée comme auparavant.

pestired-collaboration
Les rencontres en ateliers entre agriculteurs, scientifiques et conseillers, permettent de discuter des avantages et inconvénients des mesures mises en œuvre dans le cadre du projet.

Les mesures alternatives sont combinées de manière à parvenir à une diminution de 75% des produits phytosanitaires (herbicides, fongicides, insecticides), sans perdre plus de 10% du rendement économique.

Des adaptations et des nouvelles techniques peuvent être apportées et développées tout au long du projet. L’acceptation par les agriculteurs des stratégies alternatives testées est également évaluée au cours du projet, ainsi que les possibilités de les étendre à l’ensemble de la Suisse.

Les agriculteurs impliqués dans PestiRed reçoivent des contributions financières pour compenser la charge de travail supplémentaire et les éventuelles pertes de récolte.

Plusieurs partenaires

Le projet PestiRed a été pensé et élaboré par les chercheurs d’Agroscope, puis développé en collaboration avec IP-Suisse. Sa mise en œuvre est une collaboration étroite entre les partenaires des services agricoles et le conseil agricole des cantons participants au projet (Vaud, Genève, Soleure), Agridea, IP-Suisse et Agroscope. Agroscope est chargé de l’accompagnement scientifique du projet.

Financement

PestiRed s’inscrit dans la réalisation du programme d’utilisation durable des ressources (art 77a et 77b LAgr) financé par l’OFAG. Il a également reçu le soutien des services de l’agriculture des cantons de Genève, Vaud et Soleure, du conseil agricole de ces trois cantons (ProConseil Sàrl, AgriVulg Sàrl, Centre de formation Wallierhof) et des partenaires privés IP-Suisse, fenaco et Nestlé Waters.

Responsable du projet

Liens

18-16-19-06-04

Recherche systémique pour réduire les PPh dans les grandes cultures

« IP+ » cherche à mettre au point des pratiques agricoles qui permettent de réduire au maximum l’utilisation de produits phytosanitaires en incluant et combinant les moyens biologiques de luttes contre les ravageurs.

Lexique

*Culture associée
Principalement utilisée en agriculture biologique, la culture associée consiste à cultiver simultanément sur une même parcelle plusieurs variétés ou espèces (par exemple légumineuse et céréales). Cette technique permet de réduire la propagation des maladies, ravageurs et adventices.

*Push-pull
Technique de répulsion/attraction qui consiste à éloigner les insectes indésirables présents dans une culture en les attirant en bordure du champ. Tout cela en utilisant des répulsif/attractifs naturels (substances ou plantes).

Revue de presse

Dernière modification 06.07.2020

Début de la page