Projet Super-G –Stratégies et systèmes de prairies permanentes durables

super-g

Le maintien et l’exploitation des prairies permanentes sont la clé d’une série de prestations écosystémiques importantes dans toute l’Europe.

Les prairies permanentes et leurs fonctions sont menacées - par une utilisation des ressources qui n’est pas optimale, par leur intégration dans des systèmes agricoles plus performants et enfin par l’arrêt de leur exploitation dans les zones reculées et périphériques.

Objectifs

L’objectif principal du projet Super-G, qui est financé par l’UE dans le cadre du programme H2020, est de travailler avec les agricultrices et les agriculteurs, ainsi que les responsables politiques pour développer des stratégies et des systèmes de prairies permanentes durables qui optimisent la productivité, favorisent la biodiversité et fournissent une série d’autres prestations écosystémiques. Les partenaires du projet issus de 14 pays différents travaillent sur les prairies dans les régions méditerranéenne, atlantique, continentale, alpine, pannonienne et boréale.

Tâches

Le domaine de recherche d’Agroscope « Compétitivité et évaluation des systèmes » est partenaire du projet du groupe « Grassland Sciences » de l’ETH (Prof. Nina Buchmann) et travaille sur la question de recherche 4.2 du projet Super-G « Quelles sont les raisons pour ou contre une exploitation durable des herbages? » La problématique s’inscrit dans un projet de doctorat sur « Les développements et les déterminants de l’intensité d’exploitation des prairies en Suisse », qui combine des méthodes quantitatives et qualitatives de relevé et d’analyse des données pour étudier les changements dans l’exploitation des prairies et élaborer des recommandations politiques visant à promouvoir des systèmes durables d’exploitation des prairies permanentes.

Kontakt

Enquête auprès des exploitations agricoles

En 2020, il est prévu d’organiser des entretiens avec un total de 80 chefs d’exploitation utilisant des systèmes de production basés sur les herbages. Ces derniers seront recrutés parmi les membres de l’ADCF. Le but est de réaliser des entretiens avec des agriculteurs dont l’intensité d’exploitation est différente afin de couvrir l’ensemble des systèmes de production existants. La participation est volontaire et sera dédommagée par un bon Landi.

Merci beaucoup du soutien que vous apportez à notre étude ! Les résultats seront présentés et discutés lors d’une réunion de l’ADCF.