Staphylococcus aureus: une bactérie problématique

Staphylococcus areus

La production laitière et fromagère redoute la contamination par l’agent pathogène Staphylococcus aureus. Au niveau du bétail laitier, il entraîne des pertes financières élevées et s’il est présent dans le fromage au lait cru, il peut provoquer des problèmes digestifs. Grâce à un test génétique récemment développé par Agroscope, il est désormais possible de le détecter de manière très fiable dans les échantillons de lait. Ce test fournit donc la base pour l'assainissement des troupeaux contaminés et permettra de réduire l’utilisation d’antibiotiques.

Questions fréquemment posées par rapport au test génétique pour Staphylococcus aureus

De quoi a-t-on besoin pour assainir des exploitations
infectées par le GTB ? 

Test

  1. génétiqueApplication
  2. stricte de 5 mesures sur l’exploitation et
  3. Le choix du bon antibiotique

Les cinq mesures à appliquer dans l'exploitation pour éradiquer Staph. aureus GTB.

(les mesures 1 et 2 sont les plus importantes) 

1. Respecter strictement la répartition en groupes lors de la traite

soit: Traire d'abord toutes les vaches du groupe 1 (exemptes de GTB), puis du groupe 2 (GTB non évalué) et finir par le groupe 3 (infectées par le GTB).

soit: Traire toutes les vaches du groupe 1 avec les faisceaux trayeurs de la salle de traite. Pour le groupe 2 et le groupe 3, utiliser des pots trayeurs respectivement de couleur orange et rouge avec leurs propres faisceaux trayeurs; les pots ne doivent en aucun cas être échangés entre le groupe 2 et le groupe 3. 

2. Nettoyer complètement les unités de traite et l’installation de traite matin et soir selon les instructions du fabricant de la machine à traire. Les produits de nettoyage recommandés par le fabricant doivent être utilisés. 

3. Chaque vache doit avoir sa propre serviette jetable ou boule de laine de bois pour le nettoyage et l’amouillage des pis. 

4. Immédiatement après la traite, les pis de toutes les vaches doivent être trempés dans une solution contenant de l'iode. 

5. Chaque installation de traite doit être contrôlée/entretenue une fois par an par un spécialiste.

Quelle est la sensibilité de ce test?

Le test peut également être utilisé pour l’analyse du lait de citerne. Il est très sensible et permet de détecter 1 vache infectée par le GTB dans le lait d’au moins 138 vaches. Il est ainsi aussi approprié pour identifier les troupeaux infectés par le GTB et surveiller les exploitations assainies. 

Comment les éleveurs intéressés peuvent-ils se procurer le matériel de test et où et comment l’échantillon est-il analysé?

L’agriculteur-trice devrait pouvoir se procurer le matériel de test auprès de son vétérinaire. Cependant, l’assainissement lui-même et son suivi technique devraient être assurés par des vétérinaires expérimentés. Les prélèvements d’échantillons et l’envoi vers l’un des laboratoires d’analyse (cf. ci-dessous) peuvent être réalisés par les agriculteurs eux-mêmes. La première clarification afin de savoir si un troupeau est infecté par GTB est réalisé à l’aide du lait livré. Si le résultat est positif, un échantillon est prélevé sur toutes les vaches. Pour des raisons de coûts, les échantillons sont regroupés en pools et seules les vaches des pools positifs sont analysées individuellement.

Combien coûte ce test?

Mis à part le projet tessinois, où les analyses sont gratuites pour les agriculteurs-trices (coûts couverts par le projet), les coûts s’élèvent à CHF 45.- par test.

Quels laboratoires effectuent le test génétique?

Actuellement, trois laboratoires certifiés et contrôlés mensuellement par Agroscope effectuent ce test:

EOC- DIPARTIMENTO DI MEDICINA DI LABORATORIO (SMIC),
Via Mirasole 22 A, CH- 6501 Bellinzona 
       
IDEXX
DIAVET AG, Schlyffistrasse 10, CH-8806 Bäch
        
BAMOS
AG, Neue Industriestrasse 63, CH-9602 Bazenheid  

Publications

Contact:

Communiqué pour médias

Projet de recherche

18_09_18_07_02_SFF9

Staphylococcus aureus: lutte et nouvelles connaissances

En luttant contre Staph. aureus GTB et en appliquant de nouvelles connaissances rela-tives au développement de la résistance aux antibiotiques, les chercheurs-eusees apportent une contribution essentielle à l'amélioration de la santé de la mamelle, de la qualité du lait et de la sécurité alimentaire des produits laitiers.