Écornage des bovins

Hornkuh Status

On estime que 73 % des vaches laitières en Suisse ne portent pas de cornes. En Europe, l'écornage est pratiqué dans 61 % des troupeaux de bovins - dont 75 % sur de tout jeunes veaux. Les raisons de l'écornage sont à la fois économiques et liées à la sécurité: les animaux à cornes ont besoin de plus d'espace et les cornes présentent un risque supplémentaire de blessure.

En Suisse, l'écornage est réglementé par l'Ordonnance et la Loi sur la protection des animaux (art. 32 OPAn et art. 16 LPA). Il est stipulé que les veaux à écorner ne doivent pas être âgés de plus de 3 semaines et que l’écornage doit être effectué sous anesthésie et analgésiques à l’aide d’un fer à écorner.

Conséquences à long terme de l'écornage 

Dans le cadre d'un projet soutenu financièrement par la Fondation Sur-la-Croix, Agroscope, en collaboration avec l’ETH de Zurich et l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement INRAE, étudie depuis 2015 et pour la première fois les conséquences possibles à long terme de l'écornage sur la réactivité face au stress, la qualité de la viande et le comportement des bovins à l’engrais. Les résultats suivants sont disponibles:

1. Le test de stress physiologique donne des résultats difficiles à interpréter 

L’exposition à un stress chronique peut entraîner des changements dans les réactions physiques liées au stress et influencer la libération d'hormones du stress, par exemple le cortisol. Pour déterminer si l'écornage influence les réactions physiques liées au stress, le test appelé ACTH a été effectué à plusieurs reprises sur des groupes de taureaux à l’engrais avec et sans cornes et sur des groupes mixtes. À cette fin, l'hormone du stress ACTH (adrénocorticotrophine) a été administrée aux animaux d’essai, puis la réaction a été mesurée sur la base de la libération de cortisol par les glandes surrénales. Les résultats ont montré que l’écornage exerçait une influence. Cependant, la reproductibilité entre les différents tests n'était que modérée, ce qui rend l'interprétation difficile. Les résultats obtenus pourraient être liés aux différences comportementales observées entre les animaux à cornes et les animaux sans cornes (voir 3.).

2. Le stress en particulier, mais aussi l'écornage, influencent la qualité de la viande

Agroscope a étudié si les taurillons écornés et non écornés avaient des réactions de stress différentes à l'abattoir et si la qualité de la viande s’en trouvait modifiée. Les résultats ont confirmé d'une part que le stress à l'abattoir diminue la jutosité de la viande – quel que soit le statut des cornes des taurillons. D'autre part, l'écornage a influencé la tendreté de la viande.

3. Il existe des différences de comportement entre les bovins à l’engrais avec et sans cornes

À l'aide de méthodes d'essai éprouvées, l'activité, le comportement social, les réactions à de nouveaux objets et le comportement dans le cas d’une compétition alimentaire ont été étudiés chez 81 taurillons et 64 génisses à l'engrais. Les groupes d'animaux à cornes (taurillons âgés de 12 mois et génisses âgées de 4-9 mois) étaient physiquement plus actifs à l’étable. Face à un objet inconnu, les taurillons avec cornes ont montré moins de comportements associés à la peur que les taurillons écornés; l'effet inverse a été observé chez les génisses avec et sans cornes. Dans une situation de compétition alimentaire, les animaux à cornes ont évincé plus souvent d'autres congénères que les animaux sans cornes. L’évincement a été effectué davantage par contact physique chez les taureaux et sans contact physique chez les génisses. Les résultats montrent que l'écornage influence le comportement et que cette influence dépend de l’essai (taureaux vs génisses) et de la situation (test de comportement). Les différences observées dans les comportements associés à la peur et aux conflits sont en lien avec certains aspects du bien-être des animaux, car les émotions négatives, telles que la peur ou la douleur, affectent le bien-être des animaux. À cet égard, le port des cornes peut avoir des effets à la fois négatifs et positifs sur le bien-être des animaux.

Publications d’autres instituts de recherche sur ce thème:

Folgen der Enthornung können über die Akutphase hinausreichen, communiqué de presse de l’Université de Berne (uniquement en allemand).

Casoni, Daniela; Mirra, Alessandro; Suter, M R; Gutzwiller, A; Spadavecchia, Claudia, 2019. Can disbudding of calves (one versus four weeks of age) induce chronic pain? Physiology & behavior, 199, S. 47-55. Elsevier 10.1016/j.physbeh.2018.11.010. 

Mirra, Alessandro; Spadavecchia, Claudia; Bruckmaier, Rupert; Gutzwiller, Andreas; Casoni, Daniela, 2018. Acute pain and peripheral sensitization following cautery disbudding in 1- and 4-week-old calves. Physiology & behavior, 184, S. 248-260. Elsevier 10.1016/j.physbeh.2017.11.031

Vidondo, B., Stettler S., Stojiljković A., Mogel H., Gaschen V., Spadavecchia C., Casoni D., and Stoffel M.. 2019. Assessment of potential neuropathic changes in cattle after cautery disbudding. Research in Veterinary Science, 126.

Lutz, Janika; Burla, Joan-Brice; Gygax, Lorenz; Wechsler, Beat; Würbel, Hanno; Friedli, Katharina, 2019. Horned and dehorned dairy cows differ in the pattern of agonistic interactions investigated under different space allowances, Applied Animal Behaviour Science, Volume 218, 104819.