Ethologie et détention de chevaux

Passion - Lernformen bei Pferden (en allemand)

Passion - Lernformen bei Pferden (en allemand)

Wie klug sind unsere Vierbeiner?
Sie gehören zu den Lieblingsthemen in Internet-Foren, an Reiter-Stammtischen oder in Sattelkammern:
Bunte Anekdoten von besonders intelligenten und schlauen Ponys oder Geschichten von speziell geschickten und innovativen Ausnahme-Pferden. Jeder kennt die eindrücklichen und lustigen Videos auf YouTube von Pferden und Eseln, welche alle erdenklichen Torverschlüsse öffnen können und dann auch noch ihre Artgenossen aus den Boxen befreien. Von rekordverdächtigen Pferden, die beim Hütchenspiel jeden Menschen in den Schatten stellen, von Eseln, die grosszügig die Zaunabsperrung für ihre Kameraden öffnen und von Maultieren, die perfekten Werkzeuggebrauch zeigen, um noch den letzten Heuhalm unter der Futterraufe zu erreichen.

 

Schweizer LandLiebe (en allemand)

Schweizer LandLiebe - Heiligtum Rösseler (en allemand)

Vor 120 Jahren gegründet, steht das Schweizer Nationalgestüt in Avenches VD bis heute im Dienst der Pferdebranche in unserem Land. Die Aufgaben sind freilich andere als einst.

Sport und Freizeit mit Pferden (en allemand)

Passion - Interview Hans Wyss

Arena - Interview mit Prof. Dr. Hans Wyss
Da das Thema äusserst komplex und umfangreich ist und den Rahmen einer einzelnen Ausgabe sprengen würde, hat PASSION beschlossen, in loser Folge über den Event und die einzelnen Protagonisten zu berichten. Den Anfang machen wir mit Prof. Dr. Hans Wyss, Direktor des Bundesamtes für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen (BLV). Hans Wyss amtete an der Tagung in Avenches als Diskussionsleiter.

Prix de la recherche de l’IGN décerné à Sara Hintze

Hintze_Web
Sara Hintze, docteur en médecine vétérinaire, reçoit le prix de la recherche des mains du Dr Birger Puppe (Université de Rostock) et du Dr Nina Keil (Agroscope), représentants du comité directeur de l‘IGN. (Photo IGN)

Sara Hintze, docteur en médecine vétérinaire, a reçu le prix le mieux doté parmi les trois prestigieux prix de la recherche décernés par l’IGN (Internationale Gesellschaft für Nutztierhaltung) pour sa thèse de doctorat remise à l’Université de Berne en 2017 et intitulée: «Beyond words... Kognitive und ethologische Ansätze zur Beurteilung von Emotionen bei Pferden» (traduction française libre: «Au-delà des mots... Approches cognitives et éthologiques pour l'évaluation des émotions chez les chevaux»). Cette étude a été réalisée dans le Département de la protection des animaux de la faculté Vetsuisse de l'Université de Berne en collaboration avec le groupe de recherche Elevage et détention de chevaux du Haras national suisse d'Agroscope.

La protection des animaux est une préoccupation croissante dans notre société et repose sur l'hypothèse que les animaux sont des êtres sensibles et capables de ressentir de la souffrance. Cependant, comme nous n'avons pas directement accès au monde émotionnel des animaux, nous avons besoin d'indicateurs pour pouvoir tirer des conclusions indirectes sur leurs émotions et ainsi évaluer leur bien-être émotionnel. Le but de ce travail était d'examiner les indicateurs cognitifs et éthologiques potentiels permettant d’évaluer les émotions chez le cheval.

Avec un procédé d'essai cognitif, la chercheuse a examiné dans quelle mesure, chez les chevaux, les décisions dans des situations ambiguës dépendent de leur état émotionnel. La méthodologie de cette mesure du biais de jugement (Judgement Bias Task) a été optimisée dans l’étude. Dans le cadre d’études éthologiques, pour la première fois une échelle a été développée, destinée à enregistrer les divers aspects des rides autour de l'œil du cheval et d'établir scientifiquement un lien entre les changements de certains de ces aspects et l'état émotionnel des chevaux. Dans une étude finale, une méthode qualitative (Qualitative Behaviour Assessment) a été validée expérimentalement sur la base du comportement expressif des chevaux dans quatre situations émotionnelles différentes.

Pour en savoir davantage, cliquez sur www.ign-nutztierhaltung.ch 

Informations complémentaires

Prix de la recherche IGN décerné à Joan-Bryce Burla

IGN-Forschungspreis für Joan-Bryce Burla
Le Dr Joan-Bryce Burla reçoit le prix de la recherche des mains du comité directeur de l’IGN représenté par le professeur Hanno Würbel et le Dr Nina Keil

Joan-Bryce Burla, docteur en agronomie, a reçu l’un des trois prix de la recherche renommés de la «Internationale Gesellschaft für Nutztierhaltung (IGN)» pour sa thèse de doctorat Effects of feeding management and lying area on the behaviour of grouphoused horses présentée en 2015 à l’EPF de Zurich. Cette étude a été réalisée auprès de l’Institut des sciences agronomiques (unité pour l’éthologie et le bien-être animal) de l’EPFZ en collaboration avec le groupe de recherche Elevage et détention de chevaux du Haras national suisse d’Agroscope. 

Ce travail a examiné les effets de la composition des groupes, de la gestion de l’affouragement et des dimensions de l’aire de repos, lors de stabulation libre en groupe, sur le comportement des chevaux. A cette occasion, on a pu identifier le système d’affouragement et la durée de la disponibilité du fourrage en tant que facteurs-clés permettant de réduire le comportement agoniste pendant les périodes d’affouragement. En revanche, la composition du groupe ne joue qu’un rôle secondaire. Au cours d’une étude sur le comportement au repos, on a pu prouver qu’en Suisse les dimensions minimales prévues par la loi pour les aires de repos pourvues de litière doivent être impérativement respectées dans les stabulations libres en groupe. En outre, on a constaté que de plus grandes dimensions ont un impact positif sur les chevaux de rang hiérarchique inférieur. 

Informations complémentaires

Projets en cours

Evaluer les rides de soucis chez le cheval

Des chercheurs-euses de l’Université de Berne et d’Agroscope ont développé un système qui permet d’évaluer de façon fiable les «rides de soucis» chez le cheval.

Test de différents systèmes de slow feeding pour chevaux

Slow-feeding

Dans la nature, les chevaux passent 12 à 18 heures par jour à s’alimenter. Ils ne font pas de pauses de plus de 2-4 heures sans manger. D'un point de vue éthologique, offrir aux chevaux domestiques du foin à volonté semble à priori être la meilleure solution pour une alimentation conforme à leurs besoins.
Cependant, sous nos latitudes, le foin est souvent (trop) riche et bon nombre d’équidés ont tendance à engraisser si la quantité de foin n'est pas rationnée. Le rationnement du foin implique de longues pauses entre deux repas, notamment pendant la nuit, ce qui a des conséquences négatives sur le système digestif du cheval (coliques, ulcères) et sur son mental (ennui et frustration).
Face à ce dilemme, il s’agit de trouver des solutions pour que les chevaux mangent leur ration quotidienne de foin (adaptée à leurs besoins nutritionnels) sur une période la plus longue possible.
Un nombre grandissant de systèmes appelés «slow feeding» fleurissent sur le marché. Il s’agit de divers types de râteliers équipés de filets ou de grilles destinés à ralentir l’ingestion du fourrage.
Ces systèmes tiennent-ils leur promesse? Permettent-ils réellement de ralentir l’ingestion de foin? Leur utilisation quotidienne est-elle pratique? Quels sont leurs impacts positifs et négatifs sur le mportement des chevaux? Les chercheuses du Haras national suisse d’Agroscope veulent en savoir davantage et conduisent actuellement une étude sur ce sujet.  

Profil de comportement de chevaux tiqueurs et non-tiqueurs

Tic à l'air

Les éthologues du Haras national suisse d’Agroscope souhaitent mettre en évidence différents profils types de comportement chez les chevaux et identifier si un de ces profils s'accompagne d'une prédisposition au développement du tic à l'air ou à l'appui (stéréotypies aérophagiques). Une telle découverte permettrait de faire un pas de plus vers la compréhension des causes des comportements stéréotypés chez les chevaux. S'il s'avère possible d'identifier un «profil type» du cheval tiqueur, les animaux concernés pourraient être identifiés précocement et des mesures adéquates pourraient alors être prises pour prévenir l'apparition de ce trouble du comportement.

La partie expérimentale de cette étude comportant 4 parties est maintenant terminée. La première partie de l’étude testant la réaction physiologique de chevaux tiqueurs et non tiqueurs à un test de stress a été publiée en 2015. Le communiqué de presse correspondant a soulevé un grand intérêt.

Les conclusions de cette étude démontrent d’une part que les chevaux tiqueurs réagissent plus fortement à un stress que les chevaux non tiqueurs et d’autre part que le tic à l’air semble diminuer leur stress. La stéréotypie serait donc une sorte de stratégie permettant à l’animal de mieux gérer le stress auquel il est confronté (angl. coping strategy). Sachant cela, il apparait préférable de ne pas les empêcher de tiquer par des moyens mécaniques (par exemple, collier anti-tic) mais d’agir à la source du problème. Les propriétaires de chevaux tiqueurs peuvent s’adresser au Bureau de conseils du Haras national suisse d’Agroscope pour obtenir des renseignements sur ce point.

Les 3 autres parties de l’étude, dans lesquelles des tests de comparaison de personnalité et de capacité d’apprentissage à plusieurs niveaux ont été conduits chez des chevaux tiqueurs et non -stéréotypés, sont en cours d’analyses. Les résultats et leur publication sont attendus pour l’année
prochaine.

Test du «box social» pour la détention d’étalons en box

Etalons

Afin d’améliorer les conditions de détention des étalons en box individuel en leur offrant la possibilité d’avoir davantage d’interactions sociales, un nouveau type de box (appelé «box social») permettant des contacts corporels accrus ont été testées au Haras national suisse d’Agroscope.
La paroi des boxes sociaux est composée d’une partie avec des barreaux verticaux dont l’espace (30 cm) est suffisant pour permettre aux chevaux de passer la tête, l’encolure et les membres dans le box adjacent. La deuxième partie de la paroi est complètement fermée pour que le cheval, s’il le souhaite, puisse s’isoler visuellement de son voisin.
Lors de leur séjour dans les boxes sociaux, les  étalons ont été filmés et leurs interactions sociales ont été relevées sur 24h. Les animaux ont en outre été examinés hebdomadairement par un vétérinaire afin de consigner les éventuelles blessures.
A ce jour, une quarantaine d’étalons franches-montagnes ont séjourné dans les boxes sociaux. Cette nouvelle paroi de box leur a permis d’exprimer des comportements sociaux proches de ceux observés en conditions naturelles, notamment des comportements de jeux et des interactions rituelles mais également des activités sociales plus calmes comme «manger ensemble» ou «se reposer côte à côte».

Les vétérinaires ont constaté des lésions cutanées telles que du poil arraché, des éraflures et des plaies superficielles mais les interactions sociales entre étalons n’ont pas causé de blessure réellement grave. La majorité des lésions cutanées situées sur la tête des chevaux n’ont pas été causées par une morsure du congénère, mais par le choc de la tête contre les barreaux, quand le cheval, lors d’une interaction sociale, retirent rapidement sa tête d’entre les barreaux.
Dans les boxes sociaux, les étalons ont prouvés qu’ils étaient capables d’avoir des contacts physiques accrus sans exprimer de comportements agressifs potentiellement dangereux. Ce nouveau type de paroi de box représente ainsi un enrichissement de l’environnement des chevaux détenus en box individuel. Une solution devra néanmoins être trouvée pour capitonner les barreaux avec un matériau adapté afin de limiter les lésions sur la tête.  

Dans la vidéo ci-dessous, vous verrez plusieurs paires d’étalons interagir dans les boxes sociaux et dans leurs boxes habituels au Haras national suisse.

Projets passés

Systèmes de slow-feeding pour chevaux : comportement alimentaire et de repos

Systèmes de slow-feeding pour chevaux  : comportement alimentaire et de repos

A l’état sauvage, les équidés passent la majeure partie de leur journée, soit 16 heures, à la recherche de nourriture. Les chevaux domestiqués reçoivent quant à eux traditionnellement deux à trois fois par jour des portions rationnées de fourrage grossier. Ce mode d’affouragement influence fortement leur comportement.

Cette étude avait pour objectif de vérifier si différentes fréquences d’affouragement influencent le comportement d’alimentation et de repos couché des chevaux. 

A cet effet, douze juments détenues dans une écurie de groupe avaient tous les jours accès au fourrage grossier à différentes fréquences, soit à cinq, huit et douze reprises, avec une durée maximale d’accès au fourrage de 300 minutes par 24 heures.

Les trois programmes d’affouragement définis ont entraîné une légère augmentation de la durée totale de prise de nourriture par jour, mais ils n’ont pas eu d’impact significatif sur le comportement de repos couché des juments. En revanche, la position hiérarchique a eu une influence significative sur la durée et la fréquence du repos couché, les chevaux de rang élevé se couchaient plus longtemps et plus souvent que ceux de rang inférieur.

Dans la détention de chevaux en groupe, il faut observer attentivement le comportement des animaux de rang inférieur en particulier, tant durant l’affouragement que durant les phases de repos.

Les hennissements comme indicateurs d’émotions

Cheval hénit

Une étude menée conjointement par le Haras national suisse d’Agroscope et l'Institut des sciences agraires de l'EPFZ avait pour but de mieux comprendre les émotions exprimées par les chevaux à travers leurs hennissements. Pour ce faire, chaque cheval participant à l'expérience a été mis dans une situation supposée «négative» et une situation supposée «positive» et ses vocalisations ont été enregistrées. La situation négative consistait à laisser le cheval seul à l'écurie pendant 1 à 5 minutes. Le retour de ses compagnons représentait la situation positive.

L'analyse des enregistrements a révélé l’existence de deux fréquences fondamentale («deux voix») dans les hennissements, suggérant que les chevaux sont capables de biphonation. La plus basse de ces fréquences fondamentales indique l’intensité de l’émotion (augmente avec l’intensité), alors que la plus haute indique la valence de l’émotion (plus basse dans les situations positives que négatives). Les hennissements positifs sont également plus courts que les négatifs. Ainsi, nous disposons d’un outil pour caractériser l’état émotionnel des chevaux et leur bien-être.

Garde d’étalons en groupe au pâturage

Garde d'étalons en groupe au pâturage

A l’état naturel, les jeunes mâles ayant fraichement quitté leur famille et ceux n’ayant pas encore créé leur propre harem se rassemblent en groupes de célibataires, occasionnellement rejoints par des étalons plus âgés qui ont perdu leur harem. Ces groupes de mâles sont appelés «groupe de bachelor».

Depuis 2008, un groupe composé de 4 à 12 étalons franches-montagnes du Haras national suisse passe chaque année six mois au pâturage. Ce mode de garde leur permet d'avoir des contacts sociaux comme ils le feraient dans la nature. Jusqu’à ce jour, les expériences sont très positives. A condition qu'il n'y ait pas de juments dans les environs et que la pâture soit suffisamment vaste, les étalons se montrent amicaux et entretiennent même des relations de camaraderie.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pouvez suivre les premiers instants de la mise en place de la hiérarchie au sein du groupe. Vous y verrez des interactions rituelles typiques des étalons.

Attention, la garde d'étalons en groupe n'est pas un jeu d'enfants et  nécessite un savoir-faire, de l'expérience et de prendre toutes les précautions  nécessaires! Nous encourageons vivement les détenteurs et détentrices qui  souhaitent tenter l'expérience à prendre contact avec le Bureau de conseils du  HNS qui saura les informer.