Compensation écologique: Les surfaces suffisent, mais pas la qualité

Zurich, 21.01.2013 - L’agriculture doit fournir une large contribution au maintien et à la promotion de la biodiversité. En Suisse, il existe suffisamment de surfaces de compensation écologique pour y parvenir. Leur qualité est cependant insuffisante, de la région de plaine jusqu’à la zone de montagne II. C’est ce que montre la nouvelle étude réalisée sur l’opérationnalisation des objectifs environnementaux pour l’agriculture dans le domaine de la biodiversité.

Sur le Plateau et dans le Jura, mais aussi dans les zones alpines de basse altitude ainsi qu’en bordure Sud des Alpes, les surfaces de compensation écologique ont besoin d’être revalorisées. Telle est la conclusion qui ressort de l’étude du bureau UNA, du Centre suisse de cartographie de la faune (CSCF), d’Info Flora et d’Agroscope sur la concrétisation des objectifs environnementaux pour l’agriculture dans le domaine de la biodiversité, étude réalisée à la demande de l’Office fédéral de l’environ-nement (OFEV) et de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG).  

Valoriser les milieux naturels

Les principaux auteurs de l’étude, Thomas Walter, collaborateur scientifique à Agroscope, Stefan Eggenberg, directeur d’InfoFlora et Yves Gonseth, directeur du Centre suisse de la cartographie de la faune, s’accordent pour dire que « pour atteindre la qualité souhaitée, de gros efforts doivent être faits dans les surfaces de la région de plaine à la zone de montagne II. Pour préserver les quelque 1700 espèces cibles et caractéristiques dans le cadre des objectifs environnementaux pour l’agri-culture, comme le crapaud calamite, la pulsatille commune ou encore le cuivré de la bistorte, il faut des surfaces appropriées à l’endroit approprié et avec la qualité appropriée ». Pour chaque région et subrégion, l’étude propose des points forts pour revaloriser les milieux naturels. Il s’agit par exemple d’encourager les petites structures comme les bandes de prairie non fauchées, les tas d’épierrage et de branches ou encore les haies, les zones humides et les prairies sèches. 

Situation positive dans les zones d’altitude et en Valais

Les zones de haute altitude dans les Alpes et les zones de basse altitude du Valais présentent quant à elles encore suffisamment de surfaces de qualité pour garantir la diversité des espèces et des milieux naturels. C’est également le cas des zones de montagne III et IV ainsi que des régions d’estivage. Dans ces régions, il s’agit donc de maintenir l’état actuel.

 

Opérationnalisation des objectifs environnementaux pour l’agriculture dans le domaine de la biodiversité

La Confédération veut encourager la diversité des espèces dans les terres cultivées. Mais quelles sont les espèces à préserver et où et comment atteindre les objectifs? Dans une première étape, les onze hommes et femmes auteurs de l’étude « Opérationnalisation des objectifs environnementaux pour l’agriculture – Domaine espèces cibles et caractéristiques, milieux naturels (OPAL) » ont fixé des critères de qualité pour les terres agricoles de haute valeur écologique et ont défini cinq régions principales et 24 subrégions. Puis, ils ont estimé quel était actuellement le pourcentage de surfaces de qualité dans les différentes régions et zones agricoles. Pour finir, ils sont partis de dix exemples de cas et des distributions potentielles des espèces végétales et animales pour définir un état nominal. Par comparaison avec la situation actuelle, des propositions d’amélioration ont ensuite été établies.

 

Agroscope se compose des stations de recherche Agroscope Changins-Wädenswil ACW, Agroscope Liebefeld-Posieux ALP-Haras et Agroscope Reckenholz-Tänikon ART et constitue le centre de compétences de la Confédération en matière de recherche agronomique. A partir de 2013, les trois stations de recherche actuelles seront réorganisées pour ne former plus qu’une seule station de recherche Agroscope sous la direction de Michael Gysi. Les activités de recherche continueront à être effectuées sur les différents sites.  

 


Adresse pour l'envoi de questions

Thomas Walter, Division de recherche Biodiversité et management environnemental
Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Reckenholzstrasse 191,
8046 Zurich
Courriel: thomas.walter@art.admin.ch, tél. 044 377 72 68

Ania Biasio, Service de presse
Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Reckenholzstrasse 191,
8046 Zurich
Courriel: ania.biasio@art.admin.ch, tél. 044 377 72 74



Auteur

AGROSCOPE
http://www.agroscope.admin.ch

https://www.agroscope.admin.ch/content/agroscope/fr/home/actualite/service-medias/communiques-pour-medias/communiques-pour-medias-2013.msg-id-47440.html