Les provisions domestiques privées contribuent à la sécurité d’approvisionnement

Ettenhausen, 20.11.2018 - Dans l’ensemble, la population suisse se sent peu préoccupée par le risque de rupture de l’approvisionnement alimentaire. Une enquête réalisée par Agroscope à la demande de l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique de pays (OFAE) montre que les provisions domestiques sont détenues pour des raisons autres que la prévention des crises et en quantités très variables.

En cas de perturbation grave de l’approvisionnement alimentaire, des mesures de prévention et d’intervention ont été mises en place par l’Etat et l’économie privée. En attendant que ces mesures puissent être correctement mises en œuvre en cas de crise, des réserves de secours peuvent permettre de pallier aux besoins des premiers jours. Il est recommandé d’avoir des réserves de nourriture pour sept jours. Ces réserves doivent être intégrées dans les provisions normales du ménage afin que les produits soient régulièrement remplacés et qu’ils ne se périment pas. Certains aliments des réserves devraient également être consommables sans cuisson, car en cas de panne de courant, les cuisinières - y compris la plupart des cuisinières à gaz - ne fonctionnent plus. Pour le cas où l’approvisionnement en eau potable ne serait plus garanti, il est recommandé de prévoir neuf litres d’eau (un pack de six bouteilles) par personne.

L’enquête Agroscope révèle des lacunes

En 2017, Agroscope a mené une enquête nationale auprès de la population afin de réunir des données pour mettre en place des mesures de prévention et de communication dans le domaine de la prévoyance alimentaire privée. Le questionnaire a été envoyé à 3 000 personnes choisies au hasard dans l’annuaire téléphonique dans les trois régions linguistiques; le taux de réponse était de 31 %. En outre, une enquête directe a été réalisée auprès de 400 personnes vivant en Suisse. Elle a été organisée dans les lieux publics et devant les magasins d’alimentation en Suisse et dans les pays voisins.

Les participant-e-s à l’enquête ont estimé combien de jours dureraient les réserves de nourriture et d’eau potable de leur ménage s’ils n’étaient plus en mesure de faire des courses et si l’eau du réseau ne pouvait plus être utilisée. L’éventail des réponses était très large: 28 % des personnes interrogées ne disposent pas de provisions pour sept jours conformément à ce qui est recommandé, tandis que 23 % des ménages ont trois fois cette quantité ou plus (cf. figure). En cas de panne d’électricité, c’est-à-dire lorsqu’il n’est plus possible de cuire ni de réfrigérer les aliments, la part des ménages qui se trouvent dans l’impossibilité de satisfaire la recommandation augmente à environ 70 %. Les réserves d’eau potable et de boissons sucrées sont également inférieures aux réserves recommandées pour trois jours dans environ 70 % des ménages.

Les ménages dont les quantités de provisions sont faibles se trouvent de plus en plus souvent dans des zones résidentielles urbaines. L’influence de l’âge était nettement inférieure à ce que l’on pensait: en moyenne, les jeunes ne détiennent guère moins de stocks que les personnes âgées. La nationalité ou la taille du ménage n’ont pas non plus beaucoup d’influence sur la quantité des provisions.

Les biens complémentaires recommandés en cas de crise sont disponibles dans la grande majorité des ménages. Seuls une radio, indépendante de toute alimentation électrique, et un réchaud à gaz ou à pâte combustible manquent dans un tiers des ménages.

Motifs des réserves privées

La raison la plus fréquemment invoquée pour justifier des provisions alimentaires est le besoin de ne pas devoir faire ses courses tous les jours, suivie des achats en gros pour profiter des promotions et des réserves en cas de visite à l’improviste. La crainte d’une crise d’approvisionnement est la dernière raison citée. Seule une faible proportion des personnes interrogées s’inquiète d’une éventuelle pénurie alimentaire en Suisse.

Légende du graphique

Dans 28 % des ménages, les provisions alimentaires ne seraient pas suffisantes pour la période recommandée de sept jours. Toutefois, en cas de défaillance de l’approvisionnement en électricité ou en eau potable, 72 %, resp. 69 % des ménages ne disposeraient même pas des réserves.


Adresse pour l'envoi de questions

Albert Zimmermann
Groupe de recherche Socioéconomie
Agroscope, Tänikon 1, 8356 Ettenhausen
albert.zimmermann@agroscope.admin.ch
Tél. 058 480 32 40

Martina Mittelholzer
OFAE, responsable supp. du secrétariat du domaine alimentation
martina.mittelholzer@bwl.admin.ch
Tél. 058 462 21 51

Carole Enz
Corporate Communication Agroscope
Müller-Thurgau-Strasse 29 8820 Wädenswil
carole.enz@agroscope.admin.ch
Tél. 058 460 62 72
Mobile 079 593 89 85



Auteur

AGROSCOPE
http://www.agroscope.admin.ch

Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays
http://www.bwl.admin.ch

Office fédéral de la protection de la population
http://www.bevoelkerungsschutz.admin.ch/

URL pour l'accès direct

agroscope.ch/communiques

S'abonner aux communiqués

Notre service d'abonnement vous informe en permanence par courriel des nouveautés relatives à l'administration fédérale. Configurez votre menu en fonction des thèmes disponibles ou de l'expéditeur.

Inscrivez-vous dès maintenant à la newsletter d’Agroscope!

En vous abonnant à la newsletter d’Agroscope, vous serez informés plusieurs fois par an des principales actualités de la recherche dans l’agriculture et le secteur alimentaire.

https://www.agroscope.admin.ch/content/agroscope/fr/home/actualite/service-medias/communiques-pour-medias.msg-id-72994.html