15ème congrès ESA: plus de 300 chercheurs internationaux dessinent l’avenir de l’agriculture

congres-ESA

Plus de 300 chercheurs provenant d’une quarantaine de pays se sont réunis du 27 au 31 août 2018 à Genève à l’occasion du 15e Congrès de la Société européenne d’agronomie. Lors de cette manifestation d’envergure (11 conférences, 150 exposés et autant de posters), les présentations et discussions ont éclairé une grande question : comment améliorer les systèmes de production agricole pour répondre en quantité et en qualité aux besoins d’une population mondiale croissante, et ce dans un contexte de changement climatique et de diminution des ressources ?

Agroscope, l’Ecole polytechnique fédérale de Zürich (ETHZ), l’Institut de recherche en l’agriculture biologique (FiBL) et la Société suisse d’agronomie (SSA) ont uni leurs forces pour organiser cette manifestation qui se tenait pour la 1ère fois en Suisse.

Le thème de ce quinzième congrès s’est fondé sur les objectifs de développement durable des Nations Unies (Agenda 2030) concernant l’élimination de la faim, la sécurité alimentaire, la nutrition, et la promotion de l’agriculture durable. Les sujets présentés ont mis en évidences les interactions complexes entres les facteurs contribuant à une production agricole durable et productive : amélioration des plantes, nutrition et irrigation des cultures, stress biotique (parasites, maladies, ravageurs, etc.) et abiotique (eau, climat, etc.), protection des plantes, agriculture de conservation, cultures intermédiaires, productivité et efficience, systèmes agricoles, gestion de la fertilisation, changements climatiques, et services écosystémiques.

Les défis à relever

Ce congrès a permis d’explorer les défis que les secteurs agricole et alimentaires sont appelés à relever. Les approches interdisciplinaires et systémique ainsi que des partenariats public-privé forts sont aujourd’hui indispensables pour que la recherche puisse répondre aux besoins de l’agriculture : des variétés et des systèmes de production efficients en terme d’utilisation des ressources, résilients face au changement climatique, et aussi aptes à préserver l’environnement ainsi que la santé humaine. C’est à ces conditions que l’agriculture pourra durablement nourrir une population mondiale croissante, tout en assurant un avenir économiquement viable aux secteurs de l’agriculture et de l’alimentation.