Les agronomes suisses et les défis de la production végétale

Landschaft

La Société suisse d’agronomie (SSA) a tenu sa 26e assemblée annuelle lundi 27 août à Genève, à la veille du Congrès européen d’agronomie. Les défis de la production végétale – entre écologie et production – étaient au cœur des conférences, en étroite relation avec les paiements directs. 

Une cinquantaine de professionnels de l’agronomie se sont retrouvés au Centre international de Conférences à Genève, le 27 août, pour une journée de conférences modérées par Beat Boller, président sortant, et Astrid Oberson Dräyer, nouvelle présidente de la SSA. Bernard Lehmann, chef de l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG), a ouvert les feux en présentant les voies de la politique agricole suisse en faveur d’une production agricole durable.

A noter que près de la moitié des intervenants de la journée étaient des chercheurs d’Agroscope, lesquels ont abordé différentes thématiques: l’importance des paiements directs pour favoriser la biodiversité et les services écosystémiques (Félix Herzog), le rôle central de la sélection et de l’étude variétale pour l’agriculture suisse (Arnold Schori), les opportunités offertes par les cultures alternatives (Jürg Hiltbrunner) et les seuils d’intervention comme outil d’aide à la décision dans la protection phytosanitaire intégrée (Thomas Steinger).

La SSA a pour but de favoriser les échanges scientifiques entre les différents centres et institutions actifs dans le domaine de l’agronomie, sur le plan national et international. Elle s'adresse aux chercheurs, aux enseignants, ainsi qu'aux conseillers et vulgarisateurs. La SSA assure en outre les contacts avec la Société européenne d'agronomie.