Michael Gysi: Atteindre les sommets de la recherche avec Agroscope

Michael Gysi

Le lien avec le terroir et les questions concrètes issues de la pratique agricole, sans oublier le management, tel est le quotidien de Michael Gysi. Outre les tâches opérationnelles dont il s’occupe en qualité de chef Agroscope, il représente également l’institut de recherche, qui compte plus de 1000 collaborateurs-trices, au sein du conseil d’administration, le Conseil Agroscope. Dans ce domaine, Michael Gysi doit disposer d’une réflexion stratégique concernant l’orientation future d’Agroscope. «Mon job est extrêmement varié» déclare-t-il pour résumer.

Agriculture et environnement, alimentation et santé, et avec en toile de fond des ressources qui se raréfient, toutes ces thématiques prendront encore de l’importance à l’avenir. Michael Gysi en est convaincu: «Mon travail est un véritable défi et permet de répondre aux besoins concrets de la population suisse».

Né en 1968, Michael Gysi est pour ainsi dire tombé dans la marmite de la recherche agronomique quand il était petit. Enfant, il allait rendre visite à son père sur son lieu de travail, la station de recherche de Wädenswil (ZH). Il a étudié les sciences de l’environnement à l’EPF Zurich. Pendant sa thèse de doctorat à l’EPFZ consacrée à l’amélioration des sols, il découvre la FAT de Tänikon (TG) où il deviendra plus tard sous-directeur. Il a obtenu par la suite un Executive Master of Business Administration (MBA) auprès de l’Université de Saint-Gall. En 2006, il déménage avec sa famille à Berne pour diriger la station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux ALP. Avec l’intégration en 2008 du Haras national suisse d’Avenches dans la structure d’Agroscope, il a appris à connaître encore davantage la filière du cheval. En 2013, en sa qualité de chef Agroscope, il devient aussi responsable des sites de Reckenholz, Changins, Conthey, Cadenazzo et Pully.

Chez Agroscope, il travaille avec de nombreuses personnes, qui mues par une grande force intérieure, donnent leur meilleur au quotidien, que ce soit les techniciens d’exploitation, qui s’occupent avec soin du parc de machines, la chercheuse de pointe au bénéfice d’un excellent réseau au niveau international ou le nouveau comité de direction, qui œuvre et décide en étant proche des activités principales la recherche et l’exécution des tâches légales. Michael Gysi: «Travailler avec de telles personnes est à la fois passionnant et motivant!».

Un entretien avec un céréalier, une discussion avec une conseillère d’une centrale de vulgarisation, un échange de vues avec un représentant d’une association du secteur agroalimentaire ou une rencontre avec des représentant-e-s d’autres offices fédéraux: il qualifie également de «bons moments» ces rencontres avec des représentant-e-s des parties prenantes d‘Agroscope.

En tant que chef Agroscope quotidiennement en mission en faveur de la recherche, ou de professeur titulaire de l’Université de Berne ou encore en sa qualité de père trois enfants scolarisés et d’alpiniste passionné, l’agenda de Michael Gysi est bien rempli. Il souhaite cependant continuer à pouvoir disposer d’un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie privée: «Dans les montagnes, je peux prendre du recul avec le quotidien professionnel et me détendre».

Date: Mai 2017